Lectures

Chronique : Grisha – Leigh Bardugo

Je viens tout juste de finir le premier tome de la série Grisha de Leigh Bardugo et 2 conclusions s’imposent : 1. Ne jamais lire un livre quand il a été encensé par toute la blogosphère parce que du coup on est un peu trop influencé (ou dans le cas présent, on s’attend trop à quelque chose d’extraordinaire) et 2. Il est vrai que Leig Bardugo a du l’imagination à revendre.

Pour ce qui est de l’histoire :

Nous suivons les aventures d’Alina et Mal, deux orphelins dans ce qui ressemblerait à notre Russie actuelle. Ils font partie de l’armée du roi et vivent dans un monde où la magie est connue de tous et respectée. En effet, une deuxième armée composée de magiciens, nommés Grisha, est aussi au service du pays. Alina est une jeune cartographe, timide et vivant sa vie en retrait de la lumière jusqu’au jour où…
Je ne vous en dis pas plus, soit vous lirez la 4ème de couverture soit vous aimez vous laisser surprendre par une histoire et donc je ne veux pas vous gâcher le plaisir. Pour ce qui est de mon avis, il est mitigé.

J’ai aimé :

J’ai adoré l’univers du roman. Honnêtement, cela fait du bien de sortir des mondes post apocalyptiques et des univers dystopiques que l’on rencontre un peu trop souvent. Dans Grisha, nous sommes plutôt dans une glaciale Russie impériale teintée de magie et c’est vraiment rafraichissant. J’ai trouvé que les différentes strates de la société, bien que peu développées pour certaines, permettent de ne pas se sentir trop éloignés de l’univers et des personnages, malgré son caractère fantastique bien entendu. On fait face à un monde où la magie n’est pas forcément portée aux nues et qui est donc divisé entre ceux qui la pratiquent et comptent bien s’en servir et ceux qui l’ont subi et en ont un peu peur. Cela crée une dynamique assez différente de celle que l’on rencontre souvent (où la magie est vraiment un don dont tout le monde rêve) et permet d’entrevoir assez rapidement les difficultés auxquelles vont faire face les personnages.

J’ai moins aimé :

Le traitement du personnage principal d’Alina. Je trouve que cette héroïne est un peu trop naïve à mon goût comme c’est malheureusement trop souvent le cas. Sachant que celle-ci était une orpheline, qui n’avait donc pas grandi dans un environnement surprotégé, j’avais en tête une héroïne très forte, débrouillarde et qui ne se laisserait pas faire. Pour finalement découvrir une jeune femme sans aucune confiance en elle et qui ne perçoit pas du tout les dangers à venir (alors que le lecteur lui, les a compris depuis les 50 premières pages). En cela, je trouve que cette histoire manque un peu de maturité. Si l’univers est superbe et l’histoire reste très dynamique, c’est dommage de ne pas avoir donné plus de profondeur à cette ingénue, un peu trop facilement impressionnable.

Conclusion :

C’était une bonne lecture. J’ai pris plaisir à suivre les péripéties d’Alina. Il est certain que le livre se classe dans une catégorie adolescent/young adult et peut être que c’est simplement moi qui n’avais pas envie de lire ce genre en ce moment, car c’est l’aspect qui m’a le plus dérangé. J’ai tout de même dévoré Grisha en quelques jours car c’est un livre qui se lit vite et très facilement, on veut savoir ce qu’il va advenir d’Alina et les personnages secondaires sont mystérieux et donc intéressants. Je lirai certainement les 2 autres tomes de la série car je suis très curieuse de découvrir comment l’auteure va faire évoluer son personnage principal et si ce premier tome correspondait donc aussi à la rupture entre une Alina jeune et influençable et une autres plus forte et puissante. Affaire à suivre donc…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *